Et si on s'occupait des odeurs ? RESPIRALYON, un dispositif pour surveiller et lutter contre les nuisances olfactives dans l'agglomération lyonnaise

respiralyon

La qualité de l'air dans l'agglomération lyonnaise est une préoccupation majeure de ses habitants. Des sondages successifs en attestent et révèlent aussi que les épisodes olfactifs qui touchent périodiquement certaines parties du territoire de la communauté urbaine sont ressentis comme une gêne importante.

 

 

Le contexte

Un épisode olfactif particulièrement important survenu le 16 mai 2002 a touché une grande partie de l'agglomération, sans que sa source puisse être identifiée, conduisant le Préfet à accélérer la réactivation du SPIRAL AIR et à confier au président de la commission AIR du SPIRAL, M. Michel REPPELIN, vice-président du Grand Lyon en charge de l'environnement, la mission suivante :" proposer des actions visant, d'une part à limiter et prévenir les émissions de polluants (gaz, poussières, odeurs) provenant des activités humaines, et, d'autre part à informer la population sur la problématique de la qualité de l'air en liaison avec COPARLY " , en souhaitant en particulier : "que le groupe engage au plus tôt une réflexion sur la faisabilité d'une étude des sources de nuisances olfactives chroniques ou accidentelles sur l'agglomération lyonnaise et des moyens de prévention appropriés " .

Téléchargez l'étude EOG de recherche de l'origine des odeurs Téléchargez la cartographie de l'épisode d'odeurs

 

La genèse de RESPIRALYON

À l'issue de leurs premières réflexions, les membres du groupe se sont fixés les objectifs suivants sur la problématique des odeurs :

  • caractériser le fond d'odeur
  • cartographier les sources d'odeurs
  • faire des propositions pour gérer les crises olfactives
  • inciter les générateurs d'odeurs à mener des actions de réductions des nuisances olfactives
  • informer le grand public sur les démarches et actions engagées concernant la problématique des odeurs

Les discussions sur ces objectifs au sein du SPIRAL AIR entre les représentants des 4 collèges habituels (Etat, collectivités territoriales, entreprises, associations et personnalités qualifiées) ont donné naissance à un dispositif pour surveiller et lutter contre les nuisances olfactives dans l'agglomération lyonnaise, baptisé RESPIRALYON qui a été lancé officiellement lors d'une conférence de presse le 24 novembre 2003.

Téléchargez le dossier de presse du lancement de RESPIRALYON Téléchargez le dépliant de présentation du dispositif RESPIRALYON

 

nez

 

Le dispositif RESPIRALYON

 

Le dispositif comprend une démarche métrologique (analyse des molécules odorantes de l'agglomération) et une démarche humaine dont l'objet est de recueillir un maximum d'informations, quotidiennement par les membres du réseau de nez volontaires, et ponctuellement par les habitants de l'agglomération qui peuvent signaler une odeur dont ils seraient le témoin.

 

Le réseau de nez volontaires

Le réseau compte environ 250 personnes, réparties sur l'agglomération lyonnaise divisée en 200 mailles de 1 ou 2 km² suivant la densité du bâti ; certaines mailles ne sont pas pourvues mais il s'agit pour l'essentiel de zones pas, ou peu, habitées et quelques zones peu touchées par les problèmes d'odeurs. Si idéalement, chaque maille devrait bénéficier d'un membre permanent et d'un suppléant, le comité de pilotage du dispositif a néanmoins considéré que le réseau était pour l'essentiel représentatif de la situation olfactive de l'agglomération.

fenetre

La mission des volontaires consiste à transmettre ce qu'ils ressentent quotidiennement à l'aide de fiches comportant notamment un référentiel d'une quinzaine d'odeurs caractéristiques et comportant d'autres renseignements : date, heure, lieux du ressenti, son intensité, sa caractéristique (d'agréable à très gênant), le type de perception (en continu, par bouffées).

Les signalements d'odeurs du grand public

Tout habitant de l'agglomération lyonnaise à la possibilité de signaler une odeur en remplissant un formulaire qu'il peut se procurer soit à sa mairie, soit sur Internet, soit auprès du secrétariat du SPIRAL, et en le renvoyant à ce dernier. Le secrétariat du SPIRAL a été chargé par le Préfet de centraliser et d'exploiter les formulaires de signalement d'odeurs ; si l'origine de l'odeur est identifiée avec certitude, le formulaire est adressé au service en charge du contrôle de l'installation (avec copie à la Préfecture s'il s'agit d'une ICPE).

La recherche d'une méthodologie de prélèvement et d'analyse lors d'une crise olfactive

Le Préfet a demandé au SPIRAL AIR d'apporter des améliorations au dispositif de mobilisation du SDIS en cas de crise olfactive qu'il avait mis en place après l'épisode d'odeur de mai 2002, en particulier afin de mettre en place un protocole de prélèvement simple et rapide pouvant être mis en œuvre par des non spécialistes et d'analyse complète d'une atmosphère odorante ainsi prélevée. La difficulté relevée lors des tests effectués dans le cadre de RESPIRALYON est que toutes les molécules ne sont pas détectées au niveau de l'analyse, en particulier les composés soufrés. Un travail de recherche a été engagé avec l'école des mines de Douai, en partenariat entre le SPIRAL, le SPPPI Côte d'Opale-Flandres et l'ADEME et devrait permettre de mettre en œuvre une chaîne opérationnelle complète de prélèvement et d'analyse.

L'établissement d'un fond d'odeur de l'agglomération

L'objectif est de mieux connaître la composition chimiques de l'air lyonnais (principaux COV présents). Une campagne de prélèvements par canisters a été lancée en mai 2005 sur 4 sites de l'agglomération. Les résultats, qui participent également à l'étude de l'école des mines de Douai, devraient faciliter la recherche des molécules d'odeurs lors d'épisode important par l'étude des différences observables de la nature et de la concentration des composés détectés par rapport au " fond d'odeur ". Par ailleurs, un analyseur automatique de COV (une trentaine) a été mis en place par COPARLY sur un des sites et complètera les campagnes de mesures pour caractériser le fond d'odeur.

Pour en savoir plus et, notamment, connaître en direct les odeurs ressenties sur l'agglomération,rendez-vous sur le site internet de RESPIRALYON

http://www.respiralyon.org/

 

 

Les bilans de RESPIRALYON

Téléchargez le mémoire "RESPIRALYON : une production de savoir"

memoire entpe une production de savoir1

Téléchargez le bilan 2011 de RESPIRALYON

Téléchargez le bilan 2011 de RESPIRALYON

 

NEZ A NEZ, la lettre d'information du dispositif RESPIRALYON

Télachargez les numéros édités en particulier à l'intention des volontaires du réseau de nez :