Archives : les actions particulières du SPIRAL EAU

L'engagement de réduction, d'ici janvier 2007, des rejets au Rhône des micro-polluants (métaux et micro-polluants organiques)

C'est l'aboutissement d'un long travail de recherche, d'analyse et de réflexion, commencé en 1999, visant à déterminer des valeurs cibles de rejets pour 8 métaux et 17 micro-polluants organiques, afin de respecter d'ici 2007 les objectifs de réduction de 50 % des rejets toxiques identifiés, en application du SDAGE.

Sont concernés par cet engagement, le Grand Lyon, en tant que gestionnaire des stations d'épuration, et les 9 entreprises qui rejettent directement au Rhône.

Avant d'aboutir à des valeurs cibles de réduction, il a été nécessaire, en particulier pour les micro-polluants organiques, de définir les valeurs de référence des substances à suivre, ce qui a nécessité plusieurs campagnes d'analyses étalées sur plusieurs années.

signature engagement toxiques

 L'engagement a été signé à l'occasion de la cérémonie des "15 ans du SPIRAL"  le 21 octobre 2005

 

L'engagement de réduction des rejets au Rhône des micro-polluants (métaux et micro-polluants organiques)

La mission confiée au SPIRAL EAU, lors de sa création en 1993, consiste à étudier et proposer, à l'échelle de l'agglomération lyonnaise, les moyens à mettre en place pour atteindre les objectifs du " plan d'action Rhône ", objectifs repris dans le SDAGE (Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux) en 1996. Ces objectifs définis par le Comité de Bassin Rhône-Méditerranée-Corse et approuvés par le ministre chargé de l'environnement visent, d'une part à réduire de moitié en dix ans, soit d'ici janvier 2007, les rejets au Rhône des polluants organiques et des substances toxiques, et, d'autre part à soustraire le fleuve au risque de pollution accidentelle.

Lors de la commission permanente du SPIRAL le 19 avril 1999, le Président du SPIRAL EAU, Monsieur Jean-Claude DAUMAS, par ailleurs Vice Président du Comité de Bassin, a annoncé la création d'un sous-groupe de travail chargé de réfléchir sur les propositions de réduction des rejets toxiques, industriels et urbains, en mettant l'accent sur une connaissance et un suivi accru de ces rejets. Les sites concernés sont ceux qui rejettent directement dans le fleuve Rhône ou dans la Saône et comprennent :

  • 8 établissements industriels (avec 13 rejets) : Sanofi Aventis (ex : HMR Neuville) avec 2 rejets (biologique, direct), Arkema St-Fons (ex : Atochem), Arkema Pierre-Bénite (2 rejets), Rhodia Organique (2 rejets : nord et sud), Rhodia Belle Etoile (2 rejets : centre et sud), Rhodia Engineering Plastic (ex : Nyltech), Total raffinerie (ex : Elf Antar), Rhodia Silicone (2 rejets : nord et sud)
  • la station industrielle du GEPEIF
  • les 2 stations d'épuration urbaines de Saint-Fons et Pierre-Bénite (2 rejets)

L'élaboration de l'engagement signé par le Grand Lyon et 9 industriels, visant à réduire de moitié, d'ici 2007, la toxicité de leurs rejets au Rhône (8 métaux et 18 micro-polluants organiques) est décrite dans le rapport de synthèse du groupe de travail "toxiques" ci-après :

rapport_de_synthèse_du_GT Toxiques_-_septembre_2005

 

L'engagement a été signé à l'occasion de la cérémonie des "15 ans du SPIRAL"  le 21 octobre 2005